vendredi, 13 novembre 2020 15:34

MAKAIAANUI, te atavii me te tau tekao tumu – Film, texte et traduction

 

 


Le lecteur peut regarder la vidéo tout en suivant le texte ;
la vidéo descendra en même temps que le texte.

 


ÈO ÈNANA


FRANÇAIS

Tuhuka òoko

« No nā moî kai kōputu
me i te tua o Oave,
Mūrere hati tō,
Mūrere hati tō,
Tau e titii e hō. »

Chantre

« No nā moî kai kōputu
me i te tua o Oave,
Mūrere hati tō,
Mūrere hati tō,
Tau e titii e hō. »

Èo kēkē

« I nā pō kākiu, i te motu no Ua-Pou, i te kaavai no Hakamoui, e pohuè aa tītahi tāuà òko nui, o Toaketini te ikoa. »

Voix off :

« Autrefois à Ua-Pou, dans la vallée de Hakamoui vivait un grand prêtre qui s'appelait Toaketini. »

Toaketini :

« Kōao, kōao, memai, memai e tu ù mou manu. »
« Kōao, kōao, a hano e tu ù mou manu, i te vai māoì me io te kaavai o Vaipouì. »

Toaketini :

« Kōao, kōao, venez, venez dames oiseaux. Kōao, kōao, allez me chercher, mes dames oiseaux, de l'eau fraîche à la rivière Vaipouì. »

Èo kēkē :

« Ua pā to īa òko ma nā kaavai o Ua-Pou atii i òto o tahipito tau motu. »

Voix off :

« Sa renommée se répandit dans toutes les vallées de Ua-Pou et même des autres îles. »

Toaketini :

« Koùtaù e tu ù mou manu. »

Toaketini :

« Merci, mes dames oiseaux. »

I tēia ava, i te motu o Hiva Oa…

Tautua :
« E teào nei te mataèinaa, enā i te motu no Ua-Pou, te tāuà òno nui, o Toaketini, pī i te tau mana mahaò nui. »

Pendant ce temps-là, sur l'île de Hiva Oa.

Serviteur : « Les gens racontent que dans l'île de Ua-Pou, le grand prêtre Toaketini possède des pouvoirs extraordinaires. »

Akaui :

« Oìoì e hano au nei e keha me te haatiàtohu e aha tēnei mana. »

Akaui :

« Demain j'irai voir moi-même et constater de mes yeux quel est ce mana. »

E VAKA, E VAKA, E VAKA, E VAKA E...

I te oìoì

« Eīa au nei, e te tāuà nui, tu ù hoa. Hee mai au e tiòhi mata e aha to òe mana ! »

E VAKA, E VAKA, E VAKA, E VAKA E...

Le lendemain

« Je suis venu chez toi, grand prêtre, mon frère. Je viens voir de mes yeux quel est ton mana... »

Akaui :

« E aha te tau hana mahaò a òe i hana, e teàotia nei. »

Akaui :

« … et quelles sont les merveilles que, dit-on, tu accomplis. »

Toaketini :

« Ah ! O īa nei à te tumu o to koutee. »

Toaketini :

« C'est donc cela le but de ta visite. »

Akaui :

« E. »

Akaui :

« Oui. »

Toaketini :

« Aì tihe te ava, oìoì e hakakite atu au ia koe i to au mana.

No tēnei, a hee koe hakapeehū. Mea mamao oko te hekeìa mai me i Hanapaaoa i Ua-Pou. »

Akaui : « E.»

A kaukau to vai io he òto i Tetiàokeetu.

Tāpaì to huhe. Hiamoe meitaì.

Oìoì, e hakakite atu au i to au mana. »

Toaketini :

« Ce n'est pas le moment, demain je te ferai voir mon mana.

Maintenant, repose-toi. La traversée de Hanapaaoa à Ua-Pou a été longue. »


Akaui : « Oui.»

« Baigne-toi dans l'eau douce, dans le bassin de Tetiàokeetu. »

« Frotte-toi de huhe. Dors bien. Demain, je te ferai voir ce que je sais faire. »

Akaui :

« Eō, e tu ù hoa, mea tuìtuì to òe fenua. »

Akaui :

« Hé, mon frère, ton pays est bruyant ! »

Toaketini :

« Oīana te hakatu o to au henua. I înei e taki te manu, tōtahi atu ia tū anake te atu io he avatai. »

Toaketini :

« Ça, c'est mon pays. Ici les oiseaux chantent, surtout lorsque les bonites abondent dans la baie. »

Akaui :

« E tu ù hoa, a fea to tāua tīmata i te hana ? »

Akaui :

« Eh, mon ami, à quelle heure commencerons-nous le travail ? »

Toaketini :

« Epō. E tīmata tāua ia eke te òumati ma ùka o Poumakio. »

Toaketini :

« Attends un peu. Nous commencerons quand le soleil brillera au-dessus de Poumakio. »

Akaui :

« Eō, e hakaìte mai òe i to òe mana ?

Akaui :

« Alors, tu me montres ton pouvoir ? »

Toaketini :

« Òoa iho, e tu ù hoa ! Tetaì koe mea iti. »

Toaketini :

« Sois patient mon frère ! Tu dois savoir attendre. »

Akaui :

« Eō, e hakaìte mai òe i to òe mana ? »

Akaui :

« Alors, tu me montres ton pouvoir ? »

Toaketini :

« Umoì e kokouō ! »

Toaketini :

« Que tu es impatient ! »

Akaui :

« E haametaù ana òe i te hakaìte mai i to mana. »

Akaui :

« Aurais-tu peur de me montrer ce que tu sais faire ? »

Toaketini :

« Aòè, koè nui ! »

Toaketini :

« Non, non pas du tout ! »

Toaketini :

« E te hoa, ua tihe te ava no te hakakite i ta ù tekao i hakapao. »

« Kōao, kōao, memai, memai e tu ù mou manu. »

« Mea huìkē ! E mea nei, ia vavaò au i tu ù mou manu, ua tihe mai. E hano âua i te hana o ta ù i pōpahi. »

« Pōponihoo ! Vēvē ! »

Toaketini :

« Eh, mon frère, c'est le moment de te montrer ce que je t'ai promis. »
« Kōao, kōao, venez, venez dames oiseaux ! »
« Je suis étonné. D'habitude, quand j'appelle mes oiseaux, ils arrivent. Ils vont me chercher ce que je leur demande.

« Dépêchez-vous ! dépêchez-vous ! »

Akaui :

« Eō, e aha te mea nei ? Ua mate oti âua i te one ? »

Akaui :

« Que se passe-t-il ? Ils ont peut-être faim ? »

Toaketini :

« Maakau ! Aè au e vivini nei. E makimaki nei au e kite e aha te tumu. A vai pu. ! Hakapei tāua i te umu no te tao i te puaka. »

Toaketini :

« Peut-être ! Je ne comprends pas. Je voudrais bien savoir la raison, mais qu'importe. Occupons-nous du four pour cuire le cochon. »

Akaui :

« O īa, e kokouō nei au i te ìte ia haahana òe i to òe mana. »

Akaui :

« Oui, car j'ai hâte de voir ton grand pouvoir en action. »

Toaketini :

« A hakapei i te umu. A hano io he maaèitā te tau upoko puaka kiko koè, tupuìa e te tau pāpāmoko.

A kave mai.

Ua kena te tau keâ io he umu. A tāpapa tenā tau ivi i òto ; ia pao, a tomi paotū me te makamaka èitā ma hope atu me te èpo.

« E te tau pāìoìo, e te tau pāìoìo o tu ù tau tupuna, a hakaìò kōtou i tēnei tau hātaa ivi e puaka tiàtohu pāpaka, veà meitaì, mōmona, tātahe te kerehi. »

« A hota te kava ! »

« A inu tāua i te kava e tu ù hoa. Aè òa oko te toe, ua veà te puaka. »

« Oinei te ava hei ! A uai te umu ! Ia àva tahi paotū. »

Toaketini :

« Préparez le four. Allez chercher dans la brousse les têtes de cochon desséchées, celles sur lesquelles les fougères pāpāmoko ont poussé. Apportez-les ici ! »

« Dans le four les pierres sont chaudes. Placez ces os au fond du four et recouvrez bien le tout. »

« Esprits, esprits de mes ancêtres, daignez transformer cette (ces) carcasse(s) en de véritables cochons dorés, cuits à points succulents, tout dégoulinants de graisse. »

« Préparez le kava ! » « Buvons le kava, mon frère. Le cochon sera bientôt cuit. »

« C'est le moment maintenant. Ouvrons le four et que chaque groupe, après nous, reçoive une bonne portion. »

Akaui :

« Eō, tu ù hoa, i hea hua mana nei o òe ? Aè tahi kiko, aè tahi kerehi i ùna o tēnei tau ivi. Ua naò to òe mana ? »

Akaui :

« Eh, mon frère, où est donc ton mana ? Il n'y a ni chair, ni graisse sur ces os. Ton mana a-t-il disparu ? »

Toaketini :

« A tahi nei au a kite i te hana atii, na te mea oti à me koe i înei.

Ma mua atu, e hana te tau manu i te mea a ù e pōpahi atu.

E pī te hātaaivi i te kiko, e taki mātou me io he umu i te tau puaka tiàtohu.

A tahi nei au a kite i tēnei hakatu me i to koe tiheìa mai i înei. Aè au e kite nei e aha te tumu. »

Toaketini :

« C'est la première fois que cela m'arrive et juste parce que tu es là. Autrefois les oiseaux allaient chercher ce que je leur demandais. Les squelettes de porc se couvraient de viande, on sortait du four de vrais cochons.

Cela m'arrive pour la première fois et depuis que tu es là. Je ne comprends pas. »

Akaui :

« Epō e tu ù hoa, e hakaìte atu au ia òe no ai te mana ; e hakaìte au ia òe e tahi puaka tiàtohu. »

Akaui :

« Attends mon frère, je vais te faire voir qui a du mana et je te montrerai un vrai cochon. »

Toaketini :

« Me i hea e koàka ia koe tenā puaka tiàtohu ? »

Toaketini :

« Et où trouveras-tu ce vrai cochon ? »

Akaui : « Tēnei puaka ? Enā īa i to he kaavai i Hanapaaoa i te motu o Hiva-Oa. E hano au e vevaò ia īa ma hope o te inutina i te kava. »

 

Toaketini : « I Hanapaaoa, mea mamao ! E avatai karaihā, pēhea i te heke mai ? »

Akaui : « Ce cochon ? Il est dans la vallée à Hanapaaoa dans l'île de Hiva-Oa. Je vais l'appeler et nous le mangerons après avoir fini de boire le kava. »

Toaketini : « Hanapaaoa, c'est loin ! La mer est bien étendue, comment la traverser ? » (C’est au nord de Hiva Oa)

Akaui :

« A vai mai òe i tītahi ava no te vevaò ia īa. E hee mai te puaa ia òno īa i to ù èo.

E tetaì ana, a ape òe i to òe mataèinaa, a keî i te umu e fitu maò te koa, e toù maò te fātea. »

Akaui :

« Laisse-moi le temps de l'appeler. Le cochon viendra en entendant ma voix. Pendant ce temps-là, demande à ta population de creuser un four, un grand four de sept brasses de long et trois brasses de large. »

Toaketini :

« Eō, e tu ù hoa, e hitu maò te òa, kaùoo nui no te tahi puaka ! »

Toaketini :

« Eh, mon frère, sept brasses de long c'est beaucoup trop pour un cochon. »

Akaui :

« Tiaì òe, na òe e ìte, haapeipei ôtou i tenā umu, o au à, e vevaò au ia īa. »

« E Makaiaanui e ! E Makaiaanui e !

E te puaa a te hakāìki Akaui e !

Makaiaanui e ! A mai i Ua-Pou nei ! Te fenua moô.

A mai i Hakamoùi nei, fenua kai koè e ! »

Akaui :

« Attends et tu verras. préparez ce four, moi, je l'appelle. »

« E Makaiaanui e ! E Makaiaanui e !

E, le cochon du chef Akaui e !

Makaiaanui e. Viens à Ua-Pou, le pays de la sécheresse !

Viens à Hakamoui, la vallée affamée ! »

Toaketini :

« A vavaò hakaùa, ia hakamau au i ta koe mautaa. »

Toaketini :

« Appelle encore, que j'apprenne ton
incantation. »

Akaui :

« Makaiaanui e. Makaiaanui e, e. Memai !

E te puaa a te hakāìki Akaui e !

Makakaiaanui e. A mai i Ua-Pou nei, te fenua moô.

A mai i Hakamoui nei, fenua kai koè e !

Makaiaanui e. Makaiaanui e. A mai i Ua-Pou nei, fenua kai koè !

A mai i Ua-Pou, te fenua moô.

A mai i Hakamoui nei, fenua kai koè e !

Akaui :

« Makaiaanui e. Makaiaanui e, e. Viens par ici !

E, le cochon du chef Akaui e !

Makaiaanui e. Viens à Ua-Pou, le pays de la sécheresse !

Viens à Hakamoui, la vallée affamée !

Makaiaanui e, Makaiaanui e. Viens à Ua-Pou, la vallée affamée !

Viens à Ua-Pou, le pays de la sécheresse !

Viens à Hakamoui, la vallée affamée ! »

Èo kēkē :

I te ùa o te vavaòìa, ua hakatū i te upoko me te huì i Fatuiva, Tahuata.

Aè te èo mei keìka mai.

Ua tiòhi me te tuku i te puaìka i Ua-Huka, i Nuku-Hiva.

Aè anaiho me i keìka.

Ua tātā nā puaìka no te hakaòko toitoi i Ua-Pou. Me io hua motu te taki mai o te èo.

A kau nei, a kau nei, a kau nei...
Ua tau atu īa i te hiku o te tai o Paaumea. I èià, enā īa i mua o tītahi motu keâ, to īa ikoa o Te Keâ Tapu.

Me nā niho taa heòheò meitaì, ua ketu Makaiaanui i hua motu keâ, pohā ana mai i te topaìa.

U puàha anaè te kōava no te hiti io he vao. E avai ananu aa te tau putaniho io he apapa ; me i keìka mai to īa ikoa, Te Niho o Makaiaanui.

Ma hope mai, ua hiti ananu īa io he vao. Ma he vaanui, te tau atu i veke i ùka o to īa tau huu, ua meemeeke tikitahi tikitahi.

Ua kōkoi te poì o tēnei kaavai no te kohikohi mai.

Voix off :

Au deuxième appel, Makaiaanui leva la tête, la tourna vers Fatuiva, vers Tahuata.

La voix ne venait pas de cette direction.

Il regarda et tendit une oreille vers Ua-Huka, vers Nuku-Hiva.

Ce n'était pas la direction.

Il secoua ses deux oreilles pour mieux écouter vers Ua-Pou. La voix venait de cette île.

Après une longue traversée, il aborda au rivage de Paaumea. Là il se trouva face à un rocher appelé Te Keâ Tapu, la roche sacrée.

De ses crocs puissants Makaiaanui souleva le rocher qui se brisa en retombant, lui livrant un passage vers l'intérieur de l'île.
La pierre porte encore la marque de ses crocs, d'où son nom Te niho o Makaiaanui, la dent de Makaiaanui.

De même il laissa les empreintes de ses pas sur les rochers. Ensuite il continua à remonter la vallée. en chemin, les bonites emmêlées dans ses crins tombèrent les unes après les autres. Les habitants du village s'empressèrent pour les ramasser

Tītahi vehine :

« Mea mahaò ! »

Une femme :

« C'est extraordinaire ! »

Tītahi mahaì :

« Kaùoo te puaka nei, e mākā... »

Un garçon :

« Quel cochon si gros, si grand ! »

Tītahi kooūa :

« Aè mātou i kite ake nei e tahi puaka atii ! »

Un vieux :

« On n'a jamais vu un tel animal ! »

I to īa tiheìa i Teavaiteaki, mēìa aè īa i tomo, ua ketu īa i hua tuaivi nei etika e koàka to īa vaanui. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Akaui :

« E Makaiaanui e. A mate òe ! »

Le cochon arrive au col de Teavaiteaki. Le passage est trop étroit. Alors Makaiaanui enfonça son groin dans le sol, le creuse et l'élargit. Sa tête apparut sur la crête qui domine Hakamoui. Il dévala la pente, il alla droit vers son maître. Il posa paisiblement son groin essoufflé aux pieds de ce dernier. Tout le monde fut stupéfait. Toaketini lui, est confus. Son mana n'existait plus. Il se sent ridicule. Tous les regards admiratifs étaient fixés sur Akaui.Le cochon se laisse faire. Son groin est muselé fermement avec une cordelette de tapa pour l'asphyxier et il meurt. Il est mis au four au lieu dit Kiikiipukea. Akaui triomphe.

Akaui :

« E Makaiaanui e ! Meurs ! »

Makaiaanui :

« Hu... Hu... »

Makaiaanui :

« Hu… Hu... »

Akaui :

« E tu ù hoa, ua ìte òe i te puaa tiàtohu. Totahi atu to īa keî ia tihekaa mai me i to he umu.

« A peàu òe i ta òe puke tautua, a huai te umu. »

Akaui :

« Eh, mon frère. Tu as vu un vrai cochon. Il sera encore plus gros en sortant du four.

« Demande à tes serviteurs d'ouvrir le four. »

Toaketini :

« E tu ù puke tautua, a uai tenā umu. »

Toaketini :

« Hé, mes serviteurs, ouvrez ce four ! »

I te pōpōuì tika :

Akaui : « Toaketini, a peàu i ta òe puke tautua kotikoti atu te puaka. »

« A tuu na te hakāìki Toaketini, e tahi puhā mua, a avai mai te upoo na ù. »

De bon matin :

Akaui : « Toaketini, dis à tes serviteurs de découper le cochon.

Donnez au grand chef Toaketini, une épaule et moi je garderai la tête. »

Toaketini :

« Koè nui īa e pakaihi nei ia ù. I te toitoiìa, na ù te upoko. »

« Aè pē, e koàka ihoā īa ia ù. »

Toaketini :

« Il n'a aucun respect pour moi. C'est moi qui aurais dû recevoir la tête.

Pas grave ; en tous les cas je l'aurai. »

« No nā moî kai kōputu
me i te tua o Oave,

Mūrere hati tō,

Mūrere hati tō,

Mūrere hati tō,

Tau e titii e hō. »

« No nā moî kai kōputu
me i te tua o Oave,

Mūrere hati tō,

Mūrere hati tō,

Mūrere hati tō,

Tau e titii e hō. »

Akaui :

« E aha ?

« Tu ù tau toa, too mai ta ôtou maka, a vae mai te tau keâ kāpoipoi e hei.

E hua nei au io tu ù motu. E avai au na ôtou paotū te toena o ta ù puaa. A èka ôtou, e hua au. »

« E tu ù puaa tāhia nui : ua naò òe. E avai anatu to òe teào i vāvena o te mataèinaa o Ua-Pou, i koè i mate i te one mēìa ia òe.

U, u, u, u...

E Makaiaanui tu ù puaa tāhia. »

Akaui :

Quoi ?

« Guerriers, sortez vos frondes, et allez choisir les bons cailloux.

Je vais retourner sur mon île. Je vous laisse tout ce qui reste de mon cochon. Vous restez, je pars.

« Ô, mon cochon préféré, tu n'es plus là. Tu resteras à tout jamais dans la mémoire du peuple de Ua Pou qui n'est pas mort de faim grâce à toi.

U, u, u, u...

Makaiaanui, mon cochon préféré. »

Èo kēkē :

« I Hakamoui, tihe ana mai i nā â nei, e māmaakau ananu mātou.

Ia kena te òumati i ùka o te tohua i Kiikiipukea, tātahe te kao viipū te tau keâ. »

Voix off :

A Hakamoui, aujourd'hui encore on s'en souvient. Lorsque le soleil chauffe sur le Tohua de Kiikiipukea, les pierres aux alentours suintent de graisse.

Tuhuka òoko :

Mūrere ia to nā mou moî kai kōputu
me i te tua o Oave.

Mūrere hati tō,

Mūrere hati tō,

Mūrere hati tō,

Tau e, titii e hō.

Na âua hoì i mimi
io te ipu kava a Akaui,

I makaìa ai hua mou moî nei,

e hua mou toa a Akaui,

me i òto o te maka pua,

Motu kata i tau ai

i te moana ikuiku e,

i te moana ikuiku hi...

Chantre :

Mūrere ia to nā mou moî kai kōputu
me i te tua o Oave.

Mūrere hati tō,

Mūrere hati tō,

Mūrere hati tō,

Tau e, titii e hō.

Na âua hoì i mimi
io te ipu kava a Akaui,

I makaìa ai hua mou moî nei,

e hua mou toa a Akaui,

me i òto o te maka pua,

Motu katai tau ai

i te moana ikuiku e,

i te moana ikuiku hi...

 

Kapohaamau înei ! Télécharger la vidéo !

 

© Te Haè tuhuka èo ènana - Académie marquisienne – Âvea/novembre 2020

 

Propulsé par CComment

Haatumu

Culture

Joomla Template by ThemeXpert