vendredi, 12 mars 2021 09:47

I tēnei, a patu tātou « ME…I » i te ponahumu « MEI ». Nouvelle orthographe de la préposition « MEI » >>> « ME…I » (11/03/2021)

 

PĒHEA TE PATU I TE PONATEKAO « MEI »
ORTHOGRAPHE DU MOT « MEI »

E AHA TE MEA E HAAHUÌKĒ ?
E AHA TE MEA AÒÈ E HUÌKĒ ?

CE QUI CHANGE ET CE QUI NE CHANGE PAS

*- Āua e kāvohi te patu me he mea i mōhaniìa e to tātou tau papa ènana motua atii te tau hāoè i kōhoà e patu i te tau avetekao i te paoìa o te tau èhua 1700 tihe i tēnei â. No te ponatekao « MEI », ua teka âtou, e ùa tekaìa. I òto o tēnei tumutekao, u kōhoà te Haè tuhuka èo ènana e haavivini mai pēhea te patu o hua ponatekao i tēnei.
*- À la fin du XVIIIème siècle, lorsque les étrangers ont commencé à écrire le marquisien, leur oreille les a conduits à commettre des erreurs de graphie qui perdurent jusqu’à notre époque. C’est particulièrement le cas pour le mot « MEI » employé comme préposition de lieu ou comme conjonction. Dans cet article, l’Académie marquisienne donne les éclaircissements ouvrant sur une nouvelle graphie qui devient la norme académique.

 

I – CE QUI NE CHANGE PAS.
I – E AHA TE MEA AÒÈ E HUÌKĒ.

A) – Te MEI, e puku o te tumumei (io tahipito motu, e peàuìa MEÌ).
A) – Le MEI, c’est le fruit de l’arbre à pain (qui se dit aussi parfois MEÌ).


*- Ua hee mātou i te mei
òu no te kānea mā.
*- Nous sommes allés cueillir des fruits à pain pour préparer du .

*- E toù a Teiki mei i paa.
*- Teiki a trois fruits à pain qui ont muri.

B) – O MEI te ikoa o te meàma paoìa o te èhua na te mea, i òto o hua ava te kohiìa karaihā aè o te pukumei, o īa hoì MEI NUI :
B) – MEI, c’est désormais le nom du mois de décembre de notre calendrier, période de la grande récolte de fruits à pain (MEI NUI:


*- I tēnei èhua, e pō e ùa to mua â o Mei.
*- Cette année, le 1er décembre tombe un mardi.

*- E hei ananu te pō 25 no Mei te Koìka Pō.
*- La Fête de Noël tombe toujours le 25 décembre.


C) – O MEI, te ponaiti ma mua o te haahana
e hakaìte nei u tataèka te paoìa o te hana ma te tihe koè i te paoìa ; ma he èo farani, e koàka te haaèo me te haahana faillir :
C) – MEI, c’est encore la particule préverbale qui exprime, dans le passé, la proximité avec la réalisation d’une action qui n’est pas arrivée à son terme ; en français, on utilise le verbe faillir pour la traduire :

1) – Ma he hakatu tiàtohu :
1) – À la forme affirmative :

*- Mei èva te pāriri (pereòo) io he opata.
*- La voiture a failli tomber dans le ravin.

2) – Ma he hakatu haapākeka :
2) – À la forme négative :

*- Mēìa i te metaki oko, mei koè te àkiona e tau.
*- En raison de la force du vent, l’avion a failli ne pas atterrir.

 

II – L’ORIGINE DE CE CHANGEMENT
II – TE TUMU O TĒNEI HAAHU
ÌÌA

*- Enā tātou a vivini meitaì aè i te tumu o tēnei haahuìkēìa kaùoo ia tīòhi mau tātou i te hakatu tumu o te tuipona ME e HAATAHI, e HAATŪTAÌ, e HAATŪTAHI nei i te ènana ME to īa henua : hua mea anaiho âua.
*- Pour comprendre les raisons de cette modification majeure, il faut se pencher sur la conjonction ME dont les différents niveaux d’ANALOGIE, de CONFORMITÉ, d’IDENTIFICATION nous éclairent. Finalement, c’est la notion d’UNIFICATION qui résume tout : l’homme fait un tout AVEC son environnement :

A) - ME (tokotahi), te tuipona kātahi : E humu pu i te mou hope avetekao.
A) - ME (seul), conjonction de coordination (=avec) : Elle relie simplement des éléments d’un même énoncé.

*- Ua tihe mai ta ù moî iàmutu me ta īa puke tama.
*- Ma nièce est arrivée avec ses enfants.

>>> ME = AVEC ; X AVEC Y = UN TOUT UNIFIÉ/U HAATŪTAHIÌA ÂUA


B) - ME (tokotahi), te  tuipona kātahi
e hakaìte i te tau hakatu kē, hakatu kē o te tau hope avetekao. Ma mua o te tuhiikoa, te pona akoè à te pona avatū, e hakatu pu i te mou hope avetekao.
B) - ME (seul), conjonction de coordination (= comme) : elle établit une comparaison entre les éléments d’un même énoncé. Devant un article, nom ou pronom, elle établit une simple équivalence.

*- E kata tēnei mahaì me he kōea. / Ce garçon rit comme un fou.


>>> ME = COMME ; X COMME Y = UN TOUT UNIFIÉ/ U HAATŪTAHIÌA ÂUA

 

III – CE QUI CHANGE.
III -
E AHA TE MEA E HAAHUÌKĒ ?


A) – MEI I/IA (+ nom/pronom) ; ME… I/IA (+ nom/pronom)
A) – MEI I/IA (+ pona/pona avatū) ; ME… I/IA (+ pona/pona avatū)

*- Ma mua o te ponahumu I/IA, e hakaìte ana ME i te hitiìa nūmera akoè à te topaìa nūmera o te mou hope avetekao i tekaoìa iho nei : MEI I/IA >>> ME…I/IA.
*- Devant les prépositions I/Ia, ME établit une gradation dans une comparaison : MEI I/IA >>> ME…I/IA.

1) - I te hakatu tiàtohu, e hakaìte ana i te hitiìa nūmera o te mou hope avetekao i tekaoìa iho nei :
1) - À la forme affirmative, elle désigne des éléments venant en plus de ceux déjà mentionnés, ou sous-entendus, dans l’énoncé :

*- Me i te motua me i te tama, me ia ù, me ia Tahia ua hemo i tēnei mate iòiò kovi 19.
*- Même
les parents, même les enfants, moi-même et même Tahia, nous avons attrapé la covid 19. / Les parents aussi bien que les enfants, que moi-même et que Tahia, nous avons attrapé la covid 19.

2) - I te hakatu haapākeka, e hakaìte ana i te topaìa nūmera o te mou hope avetekao i tekaoìa iho nei :
2) - À la forme négative, elle désigne des éléments venant en moins de ceux déjà mentionnés, ou sous-entendus, dans l’énoncé :

*- Mea kōhii nui tēnei ava nohotita ; aè he ènana e koakoa, me i te poì àvaika, me i te poì taùnanu, me i te poì hanaìma…
*- Cette période de confinement est problématique ; personne n’est content, ni les pêcheurs, ni les cultivateurs, ni les agriculteurs.

>>> ME = COMME ; X COMME Y = UN TOUT UNIFIÉ/ U HAATŪTAHIÌA ÂUA


B) – MEI I HEA ? >>> ME I HEA ? // MEI IO >>> ME IO
(ME + haapī vahi me « I » akoè à « IO » i mua.
B) – MEI I HEA ? >>> ME I HEA ? // MEI IO >>> ME IO (ME + complément de lieu introduit par « I » ou « IO ».

*- Me i te tīmataìa, te òkoìa o te tau hāoè i te ponatekao « MEI » ma mua o tītahi ponatekao, u maakau âtou o te ponahumu vahi e hakaìte ana « ME I HEA » mai te ìmahana. Atii anaiho, aòè âtou i vivini e hakaìte ana i te humuìa, te kātahiìa o te ènana ME te vahi ta īa i titii iho nei. Aòè i hei te avetekao « MEI I HEA ÒE ? » ; o « ME I HEA ÒE ? » te heiìa no te mea E TAHI TE ÈNANA ME TE VAHI TA ĪA I TITII.
*- Depuis que le marquisien est écrit, les rédacteurs étrangers ont cru comprendre que MEI était la préposition de lieu marquant l’origine qui est en réalité ME I, ou ME IO, avec la question ME I HEA ? Comme on va le voir, ils n’ont pas compris qu’elle exprimait plutôt la connexion personnelle, voire l’union entre le lieu et la personne qui en provient, la personne AVEC le lieu. Littéralement, «ME I HEA ÒE ? » ne signifie donc pas « D’où viens-tu ? » mais, littéralement « Avec quel endroit étais-tu ? ». L’homme et le lieu ne font qu’un…


IV - PĒHEA TE HAATOITOI I TĒNEI HAAHU
ÌÌA KAÙOO ?
IV - COMMENT JUSTIFIER CETTE MODIFICATION MAJEURE ?


1) – MĒÌA I TE HAKATU TUMU O « ME »
1) – À CAUSE DE LA NATURE DE « ME »

*- Me he mea i veteveteìa iho nei, na « ME » e hakaìte i te HAKATU HAAKĀTAHIÌA ma vāveka o te ènana ME te henua titiiìa e īa. Na te ponahumu « NO » e hakaìte i te vahi titiiìa e te ènana : NO HEA MAI ÒE ?
*- Comme on vient de le voir, la nature de « ME » est d’exprimer l’ANALOGIE, la CONFORMITÉ, l’IDENTIFICATION qui aboutissent à l’UNIFICATION ; elle n’exprime donc pas naturellement la notion d’origine, de point de départ plutôt portée par la préposition NO : NO HEA MAI ÒE ?


2) – A TIÒHI TĀTOU E AHA UA HEI AKOÈ À AÒÈ.
2) – EN OBSERVANT CE QUI SE DIT OU PAS.

XXXX


I


HEA ?


E/OUI


MEI


I


HEA ?


AÒÈ/NON


MEI

xxx


HEA ?


AÒÈ/NON


ME


I


HEA ?


E/OUI

 

3) – E AHA TE HAKATU TUMU O TE « I » ?
3) – QUELLE EST LA NATURE DU « I » ?

a) – O īa te ponahumu òko nui na īa e haauù i te tau haapī vahi.
a) - C’est la préposition multifonctions bien connue qui sert, entre autres, à introduire les compléments de lieu.

*- Anoa na MEI i hakaìte i te vahi titiiìa, ua patuìa hoì « MEI I HEA ? », atià à, aòè i òkoìa e ùa « I », ua òkoìa e tahi anaiho. Ua teka « MEI I HEA ? », ua hei « ME I HEA ? »
*- Si MEI était la préposition marquant l’origine, le point de départ, on devrait écrire : « MEI I HEA ? », ce qui est une erreur, car on n’entend pas deux « I » mais un seul. On doit donc dire « ME I HEA ? »

b) – Atii anaiho, u tāpiiìa te ponahumu vahi kākiu « O » me te ponahumu « I » mea ìò he « IO » (Zewen, §73, tapahāmani 60) ; o īa te tumu umoì e tuku te ùa o te « I » ma hope o « ME » ; e patu « ME IO ? » hoì.
b) - De même, la préposition de lieu « IO » est formée de la préposition « I » accolée à l’ancienne préposition de lieu « O » (Zewen, Op. Cit §73, p. 60) ; il est donc logique de ne pas ajouter une deuxième préposition « I » à « ME » quand il précède « IO ». Il faut donc écrire « ME IO ? ».


EXEMPLES / TĪTAHI TIÒHI
ÌA :

 

*- Me i hea ta Viri māmaì manu ? Me i ùka o te motu manu.
*- D’où proviennent les œufs d’oiseaux de Viri ? (Du dessus de…) Du sommet de l’îlot aux oiseaux.

*- Ua taki au i te kete a pakahio me i òto o te tiha.
*- J’ai retiré le panier de grand-mère (de l’intérieur) du carton.

*- Me i hea mai nei òe ? Doù viens-tu ?
*- Me i Taipivai mai nei au. Je viens de Taipivai.
*- Me i uta mai au. Je viens du fond de la vallée.

*- Me i hea mai nei òe ? D’où viens-tu ?
*- Me io Tahia mai au. Je viens de chez Tahia.
*- Me io te haèhoko mai au.
Je viens du magasin.
*- Me io te pāòtohaè mai au. Je viens de la chambre.

 

© Te Haè tuhuka èo ènana - Académie marquisienne – Pohe/mars 2021

 

 

 

Propulsé par CComment

Joomla Template by ThemeXpert